Accueil   |   Auteurs   |   Accès rédacteurs   |    Plan du site
     

108 - 2004/2

Nouvelles du bord de l’eau

La BOUDEUSE a retrouvé le sourire

Sous le commandement de Patrice FRANCESCHI, La BOUDEUSE va renouveler les grandes expéditions d’explorations des siècles précédents.


Les expéditions

Douze expéditions sur les cinq continents et les 7 mers, à la rencontre des derniers peuples de l’eau, pour réaliser 12 films et mener des explorations à caractère scientifique avec des ethnologues, des botanistes. Tel est le programme de La Boudeuse et de son équipage pour les deux années à venir. Le navire appareillera à la mi-juillet, et traversera l’océan pour gagner l’Amérique du Sud et remonter l’Amazone à la recherche des Yuhup, baptisés "les maîtres du curare", l’une des dernières tribus d’Indiens nomades d’Amazonie Colombienne qui refusent tout contact avec la civilisation. Il reprendra ensuite la mer, direction l’île de Pâques, au milieu du Pacifique oriental. Le but est de laisser, sur chacune des côtes de l’île mystérieuse, des membres de l’équipage afin qu’ils s’intègrent à la vie des Pascuans. Une belle aventure humaine et ethnologique.

Cap à l’ouest, sur la Polynésie, après ce passage à l’isolement insulaire. Avec un but : se rendre dans les îles les plus reculées des archipels les moins connus et étudier, à travers les hommes qui y vivent, ce "mythe des mers du sud" qui veut que le paradis sur terre se trouve en Polynésie.

Depuis la Polynésie, le trois mâts rejoindra le Vanuatu, et plus précisément l’île de Pentecôte. Là, en un rituel unique au monde, des hommes s’attachent des lianes aux chevilles et sautent d’immenses tours en bois d’une trentaine de mètres de haut.

L’équipage de La Boudeuse veut s’intégrer au sein de la plus grande des tribus et partager le rituel du saut.

Le navire d’exploration rejoindra ensuite la Nouvelle-Guinée, plus particulièrement l’Irian-Jaya et la rivière Wapoga, en plein territoire Papou. L’objectif : rencontrer l’une des dernières cultures humaines totalement préservées, c’est-à-dire une tribu papoue qui n’a jamais eu de contact avec l’extérieur. Une tribu que Patrice Franceschi avait déjà approchée il y a quelques années.

La Boudeuse appareillera après en direction de l’île de Céram, dans l’archipel indonésien des Moluques, à la rencontre des Bati, une tribu oubliée de guerriers-shamans jamais étudiée par les ethnologues.

Le bateau quittera l’Indonésie pour les Philippines, à la recherche des Badjao, dans l’archipel des Célèbes. Les Badjaos sont des nomades qui vivent sur la mer, dans leurs bateaux de pêche, et l’équipage tentera de partager leur étonnante vie sur l’eau.

Cap ensuite sur Lamarela, dans les îles de la Sonde, pour aller à la rencontre des derniers pêcheurs de baleine des régions équatoriales. Bien entendu, il s’agira pour l’équipage de participer à une chasse, exercice extrêmement dangereux puisque les hommes de Lamarela combattent les baleines avec des harpons et des embarcations construits de leurs propres mains.

Le navire appareillera alors pour les îles Andaman, un archipel indien interdit au monde extérieur depuis plus de 25 ans. Le but : rencontrer les "sentinelliens", un peuple totalement inconnu qui vit sur une île de quelques dizaines de kilomètres carrés.

Il faudra ensuite à La Boudeuse franchir l’océan indien pour rejoindre la mer Rouge et partager la vie des pêcheurs de perles et des chasseurs de requins, peuples secrets qui vivent entre le Yémen et le détroit de Bab el Mandeb.

La destination suivante sera l’Afrique, et plus précisément le nord du Congo, territoire des Pygmées. Le but est de rencontrer les Pygmées des rives du lac Tellé, derniers groupes ayant préservé leurs traditions. Une expédition dangereuse, lors de la remontée des fleuves puis dans sa partie terrestre au coeur de territoires hostiles.

Enfin, le navire rejoindra la Mauritanie et la tribu des Imraguens, qui vouent un culte particulier aux dauphins, avec lesquels ils pêchent.

(Pour en savoir plus, voir le site officiel de La Boudeuse : www.la-boudeuse.org)

Caractéristiques

- Type de navire : 3 mâts goélette en acier - Année de construction : 1916, chantier Gbr. Figge, Vlardingen, Hollande

- Longueur hors-tout : 42 mètres(dont de 4,2 mètres rallongé en 1942

- Longueur de pont : 34,07 mètres

- Largeur : 6,59 mètres

- Tirant d’eau : 2,70 mètres

- Poids : 138 GRT, 41 NRT

- Motorisation : Scania DS 12,360 bHp, neuf de 1999.ZF IRM 320

- Groupes auxiliaires : 1 x Onan 22,5 MD KAF-73b,22,5 kVA + 1 x Onan 16 MDL

- Vitesse de croisière : 7,5 noeuds pour 1250 tours/mn avec une consommation de 25-30 litres/heure

- Réservoirs diesel 5600 litres

- Réservoirs eau fraîche 4000 litres
+ 4500 litres/jour par le désalinisateur.

Breillat Gérard -  10 juillet 2004

  Dans le même bulletin
  » Sommaire 108
» Salon de Maquettes à Saint-Thibault-des-Vignes
» Portrait de Pierre Roche
» Queen Mary 2
» Lieusaint en mai

Toutes les rubriques
  Association
Le secret dévoilé
Bulletins
Liens
Services
Bibliographie
Galerie
 
       

 

© ABB, Lieusaint asso@abb-rosedesvents.com - Photo-montage du bandeau : Paysage marin © PhotoAlto 4 - Rozenbaum & Cirou.
abb-rosedesvents.com a été développé sous SPIP avec le support de PHP et de MySQL, logiciels libres sous license GNU/GPL.

Ce site est enregistré à la CNIL (Commission Nationale de l’Informatique et des Libertés) sous le n° 1033085.